Accueil du site > 2> Nos PARTENAIRES et leurs PROJETS > B - Des nouvelles des projets > * La CODER à Cinco Pinos, Nicaragua > Fortes pluies à Cinco Pinos : situations de détresse

Fortes pluies à Cinco Pinos : situations de détresse

lundi 18 octobre 2010

Nous avons récemment reçu plusieurs lettres du président de la CODER, Anastacio Rodriguez Sanchez et de Flora Escalante, (actuellement chargée des micro-crédits après avoir été en charge de la "Médecine naturelle", elle faisait partie du premier voyage en France en 2005), relatant les conditions très difficiles que subit à l’heure actuelle Cinco Pinos ; nos amis sont très inquiets et demandent une aide d’urgence pour l’achat de médicaments, d’essence, de cirés et de bottes pour ceux qui parcourent la montagne.

Voici des extraits de ces lettres :

"… Début mai le phénomène du Niño s’est manifesté et a causé une sécheresse dans la commune.. En juin une période de pluies a débuté, les producteurs ont commencé leurs premières semailles, essentiellement des grains de base ; ils pensaient récolter en juillet et août, époque où il y a d’habitude la « canícula » (période pendant la saison des pluies où il ne pleut pas) qui permet la récolte. En fait nous avons eu un mois de juillet et août pluvieux (il n’y a pas eu de « canícula »).

C’est la première fois de notre vie que nous connaissons ce type de situation

et de ce fait 90% des champs de haricots et de maïs ont été perdus à cause des pluies intenses. Septembre est le mois où se font les 2èmes semailles. Nous avons semé de plus grandes quantités que la 1ère fois ; actuellement nous constatons que les jeunes haricots ont déjà mauvais aspect à cause de l’excès de pluie (Pourrissement de la graine, germination et croissance insuffisantes par manque de soleil). Nous pouvons observer que jusqu’à présent le maïs a bien germé mais, comme le haricot, a quelques difficultés à bien pousser à cause des pluies. Pour le sorgho blanc, il y a des zones touchées qui présentent des symptômes de flétrissement et brûlures sur les feuilles

Nous avons mis en place tous les comités d’urgence possibles aussi bien dans les communautés villageoises que les quartiers et communes où nous intervenons.

Les structures du gouvernement départemental se sont déplacées pour évaluer et faire prendre les mesures nécessaires pour éviter de plus grands dommages dans le secteur. Nous en tant que CODER, nous n’avons continué nos activités qu’à 50%, étant présents dans le comité d’urgence où nous avons remis du matériel et mis à disposition les moyens de transport et ressources humaines pour secourir la population. Au 28 septembre dans la commune nous avons dénombré :

  • 5 maisons détruites
  • 87 maisons à moitié détruites
  • 35 familles évacuées
  • 38 Km de chemins impraticables
  • 168 latrines en mauvais état.

Des brigades de santé, qui font partie des comités d’urgence, ont soigné dans toutes les communautés un total de 454 patients, surtout des enfants et des personnes âgées. Les maladies les plus fréquentes sont fièvres, problèmes respiratoires, hypertension, diarrhées, et on attend un processus clinique épidémiologique dans les prochains jours

En ce qui concerne l’éducation, dans notre secteur, depuis les 27, 28, 29 septembre, les cours ont été suspendus dans tous les centres scolaires jusqu’à nouvel ordre.

Sur cette photo, on voit une lagune qui se trouve sur le Cerro San Rafael et c’est l’une de celles qui peuvent se déverser sur la commune Les zones de Los Araditos, El Cerro, El Pavón, la Honda sont hautement vulnérables de par leur situation géographique : fortes pentes de plus de 70%.

Une équipe de techniciens est allée en reconnaissance pour évaluer les conséquences des pluies et les possibles glissements de terrain sur le Cerro San Rafael en prenant en compte les fissures laissées par l’ouragan Mitch ; les observations ont mis à jour 2 glissements de terrain au nord, sans problèmes majeurs, et au sud et à l’ouest, qui sont les zones les plus habitées, apparaissent des jaillissements d’eau venant du sol dans le haut du village

Sur la route entre Cinco Pinos et Somotillo nous n’avons pas eu de gros problèmes de communication mais entre Somotillo et Chinandega nous avons de sérieux problèmes, la route panaméricaine est inondée, coupant la circulation. Au 29 septembre, nous n’avons pas de pertes humaines grâce au travail des comités d’urgence des différentes zones et du comité d’urgence de la commune ; mais nous avons eu des pertes animales surtout parmi le gros bétail à causes des pluies intenses. Le gouvernement central par ses programmes et les gouvernements locaux sont en train de faire tous les efforts, dans la mesure du possible pour combattre et réduire les conséquences sur la population. Cependant, vue la situation économique du pays et la période qui nous attend, les familles et nous autres allons avoir d’énormes difficultés.

Nous comptons sur vous pour transmettre ces informations, projets et situation climatologique que nous sommes en train de vivre, à tous les amis qui sont avec nous depuis des années et qui sont toujours prêts à continuer à travailler pour Cinco Pinos

Anastasio Rodríguez Sánchez President de CODER.